ARCHÉOLOGIE


En quatre grandes étapes chronologiques découvrez la richesse de la géologie de la Charente, l’environnement naturel et l’évolution des cultures préhistoriques, les pratiques matérielles et culturelles nées de la sédentarisation, ainsi que des témoignages de la vie aristocratique et religieuse du moyen-âge.

L’archéologie est un des éléments identitaires les plus forts de la région. De l’homme de Néandertal à l’art roman en passant par le mégalithisme, elle permet d’individualiser la Charente dans ce qu’elle a d’unique et d’original.

Les collections : originales et variées Les collections du patrimoine archéologique charentais balaient un vaste champ chronologique. De nombreuses périodes y sont représentées mais d’intérêt et d’importance numérique très variés. Il est très difficile d’évaluer dans sa globalité la taille des collections archéologiques conservées au musée d’Angoulême, les données brutes de leur volume (environ deux mille caisses) ou du nombre de pièces (environ deux cent mille) n’ayant que peu de signification (le casque d’Agris et un éclat de silex sont numériquement égaux…).

page1Une bonne partie des grandes découvertes anciennes, en préhistoire notamment, c’est-à-dire avant les années cinquante, se trouve hors du département, dans les musées nationaux ou les universités. Bien qu’issue d’un fonds ancien (collection Lhomme et collection des évêques), la collection conservée au musée d’Angoulême rassemble essentiellement le produit des fouilles conduites ces trente dernières années en Charente. Leur présence au musée d’Angoulême s’explique par la politique de collaboration avec les milieux scientifiques et les chercheurs initiée dès les années soixante dix. Ces collections nouvelles prennent toute leur valeur grâce aux informations scientifiques qui les accompagnent : documents de fouilles, thèses et publications. Depuis longtemps déjà, les musées ont pris conscience que l’objet archéologique est un support de connaissance et non une simple pièce de collection. Le lien étroit entre archéologues et conservateurs contribue à la vitalité des musées et permet d’offrir au public ce qui est essentiel : l’accès aux mondes disparus à travers les objets qui en témoignent.

La thématique générale : l’histoire naturelle et humaine du bassin de la Charente Géographiquement, les thématiques choisies sont développées dans le cadre du bassin hydrographique de la Charente. Elles embrassent la très vaste période qui part des origines géologiques de la région pour aboutir à la période romane. L’ampleur chronologique de cette présentation implique un jalonnement ponctuel, et forcément incomplet, d’un phénomène continu. Il s’agit donc d’un trajet chronologique présentant des tableaux des environnements ou des cultures disparus, matérialisés par une suite d’étapes. L’exposition est également conçue pour mettre en relation les vestiges et les sites d’où ils proviennent . Cette longue histoire se décompose en huit fenêtres ouvertes sur le temps et elle couvre quatre cents mètres carrés du rez-de-chaussée du musée.

lien_archeolien_prehistoireprotohistolien_chateau